PROJET FANZINE : LES CHAUSSURES DEVANT LA PORTE

Dans le cadre des cours d’éducation socioculturelle, Rurart a co-coordonné et animé un projet de création de fanzine en sérigraphie sur le thème du polar auprès de la classe de seconde professionnelle du lycée agricole de Venours.

28 élèves, 2 mois de travail, 25h d’intervention, 16 pages, 2 couleurs, 8h de tirage, 36 passages, 60 exemplaires

La première étape a été d’inventer l’histoire qui allait se dérouler tout au long des pages du fanzine. Seul le thème du polar était imposé et les premières séances du projet ont consisté à apporter des éléments théoriques (c’est quoi un polar, quelles sont les grandes étapes, qui sont les personnages…) et iconographiques (couvertures de romans policiers, découverte BD et de séries policières) aux élèves.

Pour lancer l’écriture du scénario, les élèves, répartis en deux groupes, ont enchainé les cadavres exquis. Les meilleures histoires émergentes ont été soumises au vote de la classe. Les bases du scénario étaient posées, l’histoire prendrait en partie appui sur le background du jeu vidéo Grand Theft Auto (GTA) et le crime, élément central du polar, serait passionnel.

Plusieurs séances ont ensuite été consacrées à l’écriture de l’histoire générale, à la description -physique, psychologique, biographique- des personnages principaux et au décor.

L’histoire a ensuite été découpée en quatorze moments clés pour autant de pages de fanzine. Avant d’entamer la phase de création des visuels, deux heures ont été consacrées à la découverte de la sérigraphie et à l’impression de la couverture avec l’équipe de la Fanzinothèque. Étape cruciale s’il en est car la création des visuels était très contrainte par les impératifs techniques de la sérigraphie et l’impression en deux couleurs.

La partie création des visuels s’est déroulée dans le centre de documentation du lycée afin de profiter de la proximité des revues, BD, ordinateurs et de tout ce qui pourrait être utile pour faire de la recherche iconographique. Quelques recherches et croquis rapidement jetés sur le papier plus tard, les images ont été dessinées, discutées, décalquées, coupées, fragmentées, collées, décollées, agrandies, rapetissées, tramées…

Enfin le jour J, l’impression du fanzine. On retrouve l’équipe de la fanzino, nous sommes en tout six adultes pour encadrer les élèves. Une journée épique. Afin d’assurer le volume d’impression de 60 exemplaires finis, chaque planche à été imprimée à 90 exemplaires et quatre spots de tirages sont mis en place. Il a fallu, apprendre à manier les outils et à effectuer les gestes du sérigraphe : préparer les couleurs, napper les écrans, tirer l’encre, insoler, nettoyer, gérer le séchage des planches imprimées, façonner les fanzines… avant de découvrir enfin l’objet fini.

Le pitch du fanzine
En s’isolant dans le désert de Los Santos, Trévor pensait vivre tranquillement de ses combines…

Pourtant, ce matin d’été, l’arrivée du quad de Trévor viendra troubler à jamais l’atmosphère apparemment paisible de cet endroit.Que s’est-il passé dans sa tête lorsqu’il découvrit… Les chaussures devant la porte du mobilhome qu’il partage avec Jacqueline ?

Qu’est-ce qui va le pousser à commettre l’irréparable ? C’est Mickaël Peter, alias le Dindon, un flic très spécial qui arrive sur les lieux pour mener l’enquête.